Crash-testeuse de SG, un nouveau métier pour Gwennoline

Lorsqu’on doit, au quotidien, composer avec une forte poitrine, on comprend très vite l’importance de connaître SA propre taille de soutien-gorge. On veut avant tout être à l’aise, et dans le meilleur des cas accéder au « graal » susceptible de nous faire oublier l’existence des deux « terribles », présents sur son torse de femme.

En fait, il paraît qu’il suffit de prendre minutieusement ses mensurations, d’effectuer une soustraction, de consulter un tableau, et on obtient sa taille ! Comme par magie ! Bon… oui et non, c’est un peu plus compliqué quand-même ! Eh oui, les seins sont tous différents, et… les marques de lingerie aussi !

« Welcome to the Jungle », comme nous hurlerait le chanteur Axel Rose de Guns ‘n Roses.

À ce premier stade, plusieurs options s’offrent à nous. La première, plébiscitée par une majorité d’entre nous, est celle qui consiste à commander sur internet. On prend ses mesures à la maison, on trouve quelque chose qui nous plaît, on commande. On attend 2/3 jours, et on essaye le « précieux ». Ce qui est bien, c’est qu’on a une possibilité de retourner l’article gratuitement, donc droit à l’erreur accepté. Cela m’est déjà arrivé, et je ne dois pas être la seule. Ensuite, vient le temps où, pour éviter de rester trop longtemps dans cette « jungle » et de se perdre, on finit par effectuer un passage dans une boutique spécialisée dans les bonnets profonds ; je crois et j’espère qu’on vous incite et qu’on vous convainc , à travers nos essais, à le faire!

Je veux, ici, vous parler de deux expériences que j’ai vécues, en bonne « casse-cou » du test ou essai de soutiens-gorge que je suis devenue, au fil du temps !

Tout d’abord, chez nos amies Viksen. J’avais déjà passé plusieurs commandes, mais je n’avais jamais eu l’occasion de me rendre dans leur boutique. J’y suis donc allée en juin dernier lors d’un passage à Paris.

À l’époque, ma taille de soutien-gorge ne me convenait plus. J’avais pris mes mesures à la maison grâce au guide des tailles de Viksen, disponible sur leur blog (que je vous conseille de consulter d’ailleurs !)

Première étape : À l’entrée du magasin, je devais avoir une tête d’emoji, avec des yeux en forme de cœurs ou d’étoiles, au choix. Constance, a dégainé son mètre de couturière et m’a fait lever les bras pour prendre mes deux mesures. Verdict : 85J. Contente, j’avais obtenu cette même mesure en utilisant le guide du blog !

Le guide des tailles de Viksen est ici !

Nous voilà maintenant à la deuxième étape : Je me suis retrouvée en cabine, avec une trentaine de soutiens-gorge à essayer. Et c’est à ce moment qu’on peut être surprise, voire mal à l’aise au début. Heureusement, Constance est très douce et met en confiance, parce que se montrer en soutien gorge devant un(e) inconnu(e), je sais que ça peut ne pas être évident. Mais bon, Constance voit des seins toute la journée ! On oublie vite la gêne des premiers instants. Et on se retrouve même à apprécier le moment ! En cabine avec vous, on sait qu’elle est complètement impliquée dans la mission qui est de vous trouver le soutien-gorge qui vous conviendra parfaitement. Elle vous explique la forme de votre poitrine, et donc les coupes qui vous vont ou pas, etc… On vérifie bien les épaules, le tour de dos (comme on peut aussi le voir dans la vidéo conseil de Curvy Kate). On teste et on s’aperçoit que, de toute évidence, tout ne nous va pas. On ajuste le produit, on regarde, on écoute, on apprend. Et c’est tellement agréable ! J’ai dû rester une bonne heure environ en cabine, pour trouver enfin le soutien-gorge idéal.

Finalement j’en suis venue à la conclusion que les tailles peuvent être différentes d’une marque à l’autre. Et, pour moi, le « Lucy de Cleo by Panache » était PAR-FAIT ! J’ai acheté le seul 85J de ce modèle qui était en vente, et j’en ai commandé deux autres. Et plus de 6 mois plus tard, je peux confirmer que le modèle « Lucy » me convient tout à fait! Je n’ai qu’une hâte, c’est de retourner chez Viksen, ce qui ne saurait tarder et je ne manquerai pas de vous raconter cette deuxième visite.

J’ai pu avoir une deuxième expérience du genre. Je ne sais pas si j’avais déjà dévoilé l’information ici, mais je suis nord-américaine. Je retourne donc dans ma famille chaque été, et j’ai pu faire une visite dans une boutique spécialisée en bonnets profonds canadienne ! Et l’expérience a été complètement différente. J’ai vécu dans cette même ville une année entière, mais c’est avec mon regard, fort de l’expérience Viksen, que je suis entrée chez « The Boobie Trap » à St John’s de Terre-Neuve. L’ambiance générale de la boutique est proche de celle de chez Viksen. Mais la vendeuse beaucoup moins douce ! Et je crois que ma mère, pour qui c’était la première expérience du genre, n’était pas très à l’aise. La vendeuse était énergique (un peu trop d’ailleurs, vous comprendrez tout à l’heure pourquoi), et là aussi, je me suis retrouvée avec un énorme tas de soutiens-gorge à essayer (mais ça, en bonne SG « crash testeuse », j’adore !). Je voudrais appeler cette vendeuse par son prénom mais je ne m’en souviens plus ; et je crois bien ne pas l’avoir connu ! Mais peu importe ! Alors que Constance demande gentiment et doucement si elle peut entrer en cabine, ici la dame entre sans prévenir et vous « attrape » avec bien peu de délicatesse. L’ajustement des seins dans les bonnets, du dos, des bretelles, était plutôt brutal. J’avais l’impression qu’elle voulait jongler avec mes seins, ou faire un quelconque numéro de cirque… peu agréable, voire un peu douloureux. Le dos serré à fond contre la peau, et que dire des bretelles … elles aussi serrées au maximum. Je savais déjà que ça n’allait pas aller pour moi. Mais, tant bien que mal, j’ai respiré, j’ai souri, je me suis détendue alors que la façon d’être de la vendeuse a plutôt le don de vous rendre nerveuse, j’ai essayé, et j’ai trouvé un soutien gorge … malgré tout. Le « Fern de Panache », que j’ai demandé à porter aussitôt l’achat effectué, justement pour tester les réglages de la vendeuse canadienne. Et cette fois, ça n’a pas été un rêve, contrairement à ce que j’ai pu éprouver avec le « Lucy ». J’ai terminé la journée avec les épaules et le dos rouges, et un mal de seins horrible (évidemment) quand j’ai retiré mon « Fern ». C’est un bon soutien-gorge pour ma poitrine, mais non pas à porter avec les ajustements extrêmes que la vendeuse m’avait faits !

Les informations que l’on peut trouver sur internet, tout comme celles que j’ai pu vous donner ici, le guide des tailles Viksen, et la vidéo Curvy Kate, vous permettront, je l’espère, de découvrir l’essentiel de ce que vous devez savoir à propos du soutien gorge. Selon moi, rien ne vaut un passage en boutique, et le regard de la professionnelle ! Je ne peux que vous le conseiller. Si vous passez sur Paris, je vous en conjure, allez faire un tour chez Viksen, pour la douceur de l’accueil, la qualité de l’expérience, mais aussi parce que trouver de la lingerie devient un vrai plaisir dans cette boutique. De plus, il est aussi possible de commander les modèles de notre choix, dans les marques disponibles. Enfin, on peut y dénicher des soutiens-gorge à des prix très abordables, et ça, c’est plutôt cool pour les budgets limités !

Sur ce, je m’en vais continuer mon aventure de SG « crash testeuse » !

A très bientôt 🙂

8 thoughts on “Crash-testeuse de SG, un nouveau métier pour Gwennoline

  1. Je vais pas sortir une blague débile, juste dire de bien mettre ta ceinture de sécurité car les crash-test peuvent se révéler très dangereux ! XD

      1. Ah bon ? Faudrait que tu m’expliques personnellement ! XD j’ai l’impression que rien est adapté a une forte poitrine non ?

        1. ah bah personellement, impossible de jouer au golf! XD
          je n’ai pas dormi sur le ventre depuis… le début de l’adolescence.
          Et la ceinture de sécurité, je ne sais pas si on peut généraliser, mais elle ne reste pas bien placée en travers du corps. A la place du mort par exemple, la ceinture se cale du coté extérieur du sein gauche 😉 ça coupe le cou etc etc. que du plaisir.

  2. Quand je disais personnellement c’est IRL ! XD haha j’me suis fait avoir 😛
    Tu es une amatrice de golf ? J’avoue on y pense pas a toutes ces difficultés.
    Pour la ceinture par contre, c’est un peu pareil pour tout le monde, ça tue le coup mais vaut mieux ça que la mettre n’importe comment (par exemple dans les émissions « confessions intimes » les gens la mettent n’importe comment :-S)

      1. Dommage j’aurais essayé xD mais si ça se décharge, n’hésite pas, on ira faire un golf xD vu le temps de ce week-end, ça aurait été niquel ! XD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *