Et le regard des autres ? Questions de garçons…

Dans presque tous les témoignages que l’on peut trouver sur notre blog, ou sur d’autres, on observe que pour les femmes qui ont une poitrine généreuse, le regard des autres est une composante qui peut être déterminante, mais qui dépend de l’âge, de l’assurance, du contexte.

Le regard que nous avons sur nous même en dépend il ? Quel est l’effet de miroir ?

Alors pour changer, nous avons demandé à Philippe de poser des questions sur ce sujet à Barbara (50 ans, 100F) et Gwennoline (25 ans, 90H), très différentes, en toute franchise, sur la façon dont elles ressentent les regards, en particulier des hommes, mais pas seulement …

AK 1Philippe : D’une façon générale, avez vous le sentiment que votre poitrine attire les regards d’une façon différente que vos cheveux, yeux ou autre chose ? Si c’est le cas, le ressentez vous comme quelque chose de plutôt gênant, agaçant, ou bien d’agréable, flatteur ? Ou alors est ce que cela vous laisse tout simplement indifférente ?

Barbara : Cela dépend vraiment des personnes. Pour certains, il est vrai que le regard est vraiment très attiré par la poitrine, mais de manière générale je n’ai pas l’impression que cela soit le cas. Suivant la qualité du regard cela peut être gênant, très désagréable, ou bien très agréable. Pour moi il n’y a pas de demie mesure.

Gwennoline : Forcément ma poitrine attire les regards plus qu’autre chose chez moi, pour une partie de la population en tout cas! Je vais rejoindre Barbara et dire que ça dépend vraiment des personnes, surtout de leur attitude. L’attitude de la personne peut rendre son regard agréable ou alors gênant, et même très désagréable selon le cas. C’est à nous de choisir si on s’attarde ou pas : ça peut vite rendre la vie impossible de scruter qui regarde quoi et comment cette personne le regarde! Donc mieux vaut les oublier, et rester indifférente dans certains cas!

media_xll_6233610Philippe : Est que ça a progressivement influé votre comportement, votre façon de vous tenir, de vous habiller, de vous protéger peut être ?

Barbara : Je pense assez peu. Mais la poitrine forme une masse importante, et mon souci a toujours été que ma silhouette soit harmonieuse. Je ne veux pas dire mince, mais équilibrée ! D’autant que j’ai remarqué que si je maigris globalement, je ne maigris pas de la poitrine. Donc je suis plutôt ronde et je le reste pour que l’ensemble soit harmonieux.

Gwennoline : Je l’avais évoqué dans le premier article que vous m’avez permis d’écrire pour le blog. Le regard des autres ne m’a pas toujours mise à l’aise avec mes seins, et forcément cela a eu un impact sur ma façon de me tenir et de m’habiller. Malgré tout aujourd’hui, je suis plus à l’aise et je ne me cache plus, j’évite de me voûter, sans pour autant imposer la masse importante de ma poitrine aux yeux des autres!

decollete-star-scarlett-johansson---woody-allenPhilippe : C’est difficile de me mettre à votre place, mais je pense que je guetterais les regards. A ce propos, j’ai l’impression que les femmes ont une sorte de radar : sans regarder, elles semblent repérer à tous coup qu’un homme est en train de regarder leur poitrine. C’est le cas ?

Barbara : Pas spécialement pour ma part. Mais s’il le fait avec insistance, comme tout être humain, je sens lorsqu’on me fixe. Mais cela reste exceptionnel. Peut être par ce que du fait du poids de ma poitrine, mes épaules se sont un petit peu arrondies vers l’intérieur, pour soulager le dos. Du coup, ma poitrine ne « ressort » pas, comme cela pourrait le faire sur une femme plus mince ou plus droite. Je ne suis donc que très rarement « déshabillée du regard ».

Gwennoline : En fait j’ai découvert le regard des autres en me sentant à l’aise avec ma poitrine. Et au début c’est un peu choquant. Même sans analyser qui porte le regard ou comment il le fait, on se rend compte qu’on regarde notre poitrine! J’ai l’impression que les gens se regardent peu dans la rue, alors dès qu’on découvre un regard, on a tendance à chercher s’il y en a d’autres et on regarde si quelque chose ne va pas, une tache ou autre chose! Et on se rend compte que c’est tout simplement le volume de la poitrine qui attire le regard.

r-WHAT-MEN-WANT-large570Philippe : Je comprends. Pour ma part, quand j’ai envie de regarder la poitrine d’une femme, j’essaie d’être discret. Mais je suppose que ce n’est pas le cas de tous les hommes ?

Barbara : Si c’est fait par « petites touches », cela ne se sent pas. En revanche, quand le regard revient trop régulièrement, on finit par le savoir. J’avoue que c’est plutôt rare qu’un homme soit indélicat. Ils font plutôt comme vous, ils essaient d’être discrets …

Gwennoline : Il y a toujours des façons discrètes de regarder, on le fait tous. Certains ne sont vraiment pas discrets. Peut-être qu’ils pensent qu’on ne le voit pas, mais j’ai déjà surpris des hommes en véritable duel visuel avec ma poitrine. qu’est ce qu’on peut bien y faire? On les surprend et alors? c’est là que leur réaction ou leur façon d’agir peut rendre la chose désagréable! Ça peut être « comique » parfois : Un homme a regardé avec insistance ma poitrine l’été dernier… mais sa compagne lui a mis un énorme coup de coude accompagné d’un regard sévère, pour vous dire que c’était vraiment insistant! ^^ Ou alors on se retrouve dans un magasin, et un homme vous regarde carrément la bouche ouverte, ça m’a légèrement fait rire, et il s’en est rendu compte. C’est lui que ça a le plus gêné je crois!

AK 2Philippe : Arrivez vous à atténuer le regard des autres en vous habillant à dessein ? En portant un haut moins en valeur, avec une structure de soutien-gorge comme les minimiseurs ? Arrivez vous à passer « inaperçues » ?

Barbara : Non, je m’habille en premier lieu pour me faire plaisir et me sentir bien. Je n’ai aucune raison de changer. En revanche, si quelqu’un était indélicat, soit je le ferai savoir, soit je partirai.

Gwennoline :J’ai par le passé essayé des « minimiseurs », mais franchement ^^ Allez minimiser des bonnets profonds! Je ne pense pas être provocante dans ma façon de m’habiller. Je porte surtout du basic, mais j’abandonne l’idée de porter du camouflage trop grand. Quelle que soit notre tenue, le volume de la poitrine est là! Je fais quand même attention à la transparence et ce qui se laisse deviner! Parfois on n’a pas le choix, et donc on porte les sous vêtements qui nous conviennent le mieux. Donc peu importe ce que je porte, vu le volume de la poitrine, il y aura toujours des regards.

media_xl_4054043Philippe : Je sais que le regard des autres sur vos poitrines peut être très pesant dans la jeunesse, et peut ensuite passer par différentes étapes, mais j’ai envie de vous poser la question très simplement : là , maintenant, à l’âge que vous avez, est ce que ça vous plaît que des hommes admirent votre poitrine ?

Barbara : La « forte poitrine » dans la jeunesse avait créé une sorte de déséquilibre entre moi et les autres : à l’âge où je n’avais pas d’autres envies que d’embrasser ou de se tenir par la main, les hommes, du fait de la « maturité affichée » (mais pas réelle) attendaient déjà bien d’autres choses. Il est fort possible que cette « amorce » dans ma vie affective soit une des raisons pour lesquelles j’ai ensuite souvent fréquenté des hommes plus âgés que moi.

Maintenant que je suis dans la « fleur de l’âge », la question de ma poitrine est devenue plus indifférente. Si un homme l’aime beaucoup, ça m’amusera d’en jouer, et ça me plaira qu’il réagisse à mon jeu, mais nous avons beaucoup d’autres atouts, n’est ce pas ?

Gwennoline : Je n’ai peut être pas assez de recul encore, mais on ne va pas seulement vous voir comme de grands méchants qui fixent notre poitrine peu délicatement pour certains. Quand vous êtes flatteurs oui, ça fait plaisir. Et dans mon cas ça m’a sûrement aidée à m’accepter un peu plus. On ne se développe pas sans les autres, et honnêtement les seuls commentaires réellement flatteurs viennent d’hommes, sans être forcément déplacés, donc autant s’en servir pour se sentir bien! Dans mon cas, ce n’est certainement pas la communauté féminine, par ses commentaires, qui m’a aidée à me sentir mieux dans mon soutien gorge!

DSC03502Philippe : J’ai souvent remarqué que les femmes qui ont de la poitrine ont une sorte de petit tic : à intervalle régulier, elles rabattent les pans de leur veste, ou gilet, comme pour … eh bien justement : est ce conscient ? Est ce de la pudeur ? Ou bien juste devenu mécanique avec le temps.

Barbara : C’est souvent plutôt pour une question d’esthétique. J’avoue que je trouve plus joli de deviner la forme de la poitrine donnée par le soutien-gorge, plutôt que d’avoir le gilet (veste ou autre) sur les cotés.  Je ne peux parler que pour moi. J’assume ma poitrine, car j’y trouve un avantage à en avoir. En revanche, si je pouvais choisir, j’en aurais tout de même moins. C’est lourd, c’est encombrant à certains moments et cela nous empêche de faire un certain nombre de choses.

Gwennoline: Je pense que ça devient inconscient avec le temps. Je sais qu’entre amis je vais peut être moins avoir ces tics. Sans doute parce que je suis plus à l’aise et ils me connaissent. Mais lors de mon derniers colloque, j’ai remarqué justement ce tic de rabattre les pans de mon gilet… Le rapport professionnel y joue sûrement. Donc même si je l’assume maintenant, en séminaire ou colloque j’ai plus envie que les regards se posent ailleurs 😉 et peut être qu’on m’écoute, ou simplement me fondre dans la masse.

d8b4ebd2-4232-11e3-860b-30b7a46de549-493x328Philippe : Une dernière question : et le regard des autres femmes sur votre poitrine ? C’est plaisant ? Déplaisant ? Vous même regardez les autres « fortes » poitrines ? Il y a un échange de regards d’une nature particulière ?

Barbara : Certaines sont envieuses (celle qui n’en ont pas du tout). Cela me laisse indifférente. Ou plus exactement, j’aimerais partager avec elles, pour équilibrer la nature !!!

Gwennoline : Honnêtement. Je crois que je peux compter les regards plaisants de femmes sur les doigts d’une main : une très proche amie et ma maman ( évidemment ^^). Les autres m’en parlent peu. Mais je sens et parfois j’entends des commentaires peu flatteurs, moqueurs, peut-être jaloux, ça je n’en sais rien. Certaines questions à propos de ma poitrine venant de ces personnes peuvent vraiment être blessantes encore, mais l’effet dure au pire quelques heures et on passe à autre chose. J’ai pris l’habitude depuis quelques semaines, de dire « merci » avec un grand sourire, mêmes à leur remarques enfantines et négatives. Ça leur cloue le bec, et me permet de passer à travers! 🙂 Je me soucie peu de la poitrine chez les autres, peut-être parce que je suis plutôt bien servie personnellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *