Une nouvelle aventure pour les seins de Gwennoline : l’allaitement !

Nous avions annoncé la naissance de la petite fille de Gwennoline, essayeuse de notre équipe. Voici la suite de ses aventures …

4 mois déjà que j’ai accouché de ma petite fille Ysaline. 4 mois pour prendre du recul sur ma grossesse qui en aura duré 8.
Ça n’aura pas été un moment particulièrement « kiffant » comme ça peut l’être pour d’autres femmes, à croire que je ne suis pas faite pour aimer être enceinte. En tout cas, ça aura été le cas pour mon premier bébé.
Mon corps n’a pas forcément changé, j’ai fini mes 8 mois avec un « petit » ventre, sage-femmes et personnel de laboratoire d’analyses sanguines pensaient que j’étais en début de grossesse en me croisant.
Mes seins non plus n’ont pas particulièrement bougé en volume durant ces 8 mois. J’ai eu des petites coulées de colostrum à partir du 5ème mois cependant, et c’était l’événement un peu surprenant et marrant de cette grossesse… On se réveille un matin, avec le Tshirt mouillé au niveau des mamelons… drôle. Et c’est cet événement qui dans mon cas m’a rappelé mes seins, que j’avais totalement oublié !
Et c’était le début d’une aventure : à nouveau, mes seins et moi. On les a laissé un peu tranquille pendant ma grossesse, palpés quelque fois par la sage femme, mais vraiment 1 ou 2 fois en 8 mois.

C’est à partir de l’accouchement que tout a basculé. Alors qu’on ne se préoccupait plus de ma poitrine, voilà que pendant la délivrance, chouette moment pour le faire me direz-vous, l’aide soignante qui a du recevoir de ma part 10 coups de genoux dans l’heure qui venait de passer, pendant mes dernières poussées, vient me demander si j’allais donner le sein. Euh…. Oui ? On en avait parlé avec mon compagnon, je produis du lait, qui est fait pour bébé, alors pourquoi pas essayer, sans pression aucune, sachant qu’à tout moment, si je ne me sentais pas de continuer, je passais au biberon. Ils m’ont laissée tranquille le temps de la délivrance, des points de suture (non, ne parlons pas des choses qui fâchent plus en détails, ce n’est pas le propos ici, mais si vous voulez que je vous raconte mon accouchement, vous allez avoir mal ! ;)) (*Note de l’éditeur : non, ça ira … ^*) l’aide soignante me demande de me mettre sur mon flan droit et de poser mon sein. Elle pose ma fille que je peux enfin contempler, et l’enfonce littéralement dans la masse de mon sein qui lui attendait pépère. Bébé tète. Sans trop de conviction mais tète.
Ensuite, on me transfère en maternité. Et c’est le début de la galère : je ne suis que des seins pour le personnel que je vois H24. Les Sage-femmes me rendent visite une fois par jour, me pose une question sur mes seins mais c’est tout. Le reste du temps, chaque entrée dans ma chambre du personnel est un calvaire. Toutes les deux heures, on me réveille ou on souhaite me faire réveiller bébé pour la tétée. De jour comme de nuit. Reposant le séjour en maternité ? En tout cas pas pour les mères allaitantes. Ce stress empêche les choses de bien se passer. En plus bébé n’a pas le réflexe de téter. Quant à moi je produis déjà quasiment du lait à peine 24h après l’accouchement. On me presse le sein, c’est douloureux, c’est chiant. On ne dispose plus de notre corps. Sans rentrer dans les détails, les seins sont aussi importants que le bébé. Même lors de la visite d’une sage femme à la maison 1 ou 2 jours après être rentrée de la maternité : je pensais me faire ausculter mon entre cuisses mutilé, mais non… toujours et encore mes seins…

Je vous parle de la montée de lait ? De la poussée de croissance de bébé à 3 semaines ? La montée de lait, les seins gonflent, dans mon cas ne prennent pas en volume, mais ils se portent comme s’ils étaient dans du Ewa Michalak, bien remontés et mis en avant ! C’est douloureux. Pendant 24h j’ai donné le sein à ma fille en pleurant, je crois même avoir crié de douleur une ou 2 fois. Truc flippant dont on ne m’avait pas parlé, ce sont les glandes mammaires tellement gonflées de lait, qu’on a l’impression d’avoir des tumeurs qui ressortent des seins… Rien d’agréable, mais bon, faut faire avec ! La poussée de croissance ? Oh c’est comme une montée de lait, mais qui dure 4/5 jours, et avec les crevasses qui se forment sur les tétons ! joie. Pendant ces quelques jours, bébé est au sein H24, on sent les glandes tirer à chaque succion…

J’allaite durant 3 mois… sachant que je prends du plaisir à le faire environ à mi chemin de cette période. Et lorsque bébé ne veut plus, a connu le biberon et se dit que c’est quand même plus facile d’avoir du lait en le tétant, les seins demandent trop d’effort et là, sortir sa poitrine pour lui donner à manger est un calvaire, à nouveau. Vos seins restent toute cette durée préoccupation du pédiatre/médecin lors des visites mensuelles pour surveiller bébé… alors maintenant que c’est biberon, on me laisse enfin avec ma poitrine vivre tranquille à nouveau !

Ce n’est pas l’allaitement qui me gène, mais la façon de faire du personnel de maternité. Les douleurs, les crevasses, les montées de lait, c’est pas la joie, mais ces moments avec bébé sont uniques, et croyez moi n’ont rien à voir avec le biberon. C’est apaisant, et ce lien qui est tissé par le regard de bébé qui se rempli l’estomac… Si je devais avoir un autre enfant, sans aucun doute je tenterai cette aventure une nouvelle fois, mais sans doute avec beaucoup plus de confiance en moi et forte de cette première expérience : tout de suite annoncer à l’équipe de la maternité que ton allaitement sera à la demande, et non toutes les 2heures, réglé comme sur du papier à musique. Que si bébé ne tète pas assez à leur goût (oui je ne vous parle pas de la fiche de tétée à remplir à chaque repas de bébé : sein droit/gauche et le nombre de minutes passées sur le sein…), refuser de les nourrir à la seringue, ou au biberon, parce que finalement, ce n’est pas du tout aider la maman ni le bébé pour l’allaitement au sein !

One thought on “Une nouvelle aventure pour les seins de Gwennoline : l’allaitement !

  1. Je confirme pour les fiches de tétées et la pression qu’on nous met. Sans parler des « mais tu es sure que ton lait est bon? », « peut être qu’elle a des régurgitations car le lait a tourné avec la chaleur »… On ne te l’a pas sortie celle là ?? Allez, ici, la choupette a déjà plus d’un an, et maman continue a dégainer son 85GG matin, soir, et généralement plus que ça pour le rituel de la tétée… Premier bébé allaité jusqu’à 4 mois, deuxième bébé (et dernier), forte de mon expérience avec le premier, j’ai appris à nous faire confiance et on y arrive encore. Je te souhaite plein de bons moments avec ta petite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *